Ruhans

  • Ruhans

Accueil du site > Tourisme > Histoire

Histoire

UN PEU D’HISTOIRE

Au fil des siècles, notre commune s’écrivait Ruyant en 1231, Ruant en 1264, Ruans en 1614 et enfin Ruhans à partir de 1753. Au lieu dit la Combe Leonard, des travaux ont mis au jour, en 1890, les restes d’une vaste construction paraissant avoir été détruite par le feu et qu’on a pensé être une villa gallo-romaine. Ruhans faisait partie de la baronnie de Fondremand dont le Seigneur avait la haute , moyenne et basse justice. Néanmoins, dans son dénombrement de 1585, Léonard Chabot de Rye, exceptait à Ruhans cinq maignies de mainmortables appartenant au seigneur de Betoncourt. cette portion de seigneurie passa ensuite aux Alviset de Maizières qui la vendirent en 1764 à Ignace François de Saint Germain. Ruhans et La Villedieu étaient annexes de Dampierre-lès-Montbozon, membre de de la commanderie de La Villedieu-en-Fontenette (des hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, puis de l’ordre de Malte). Contrairement à certaines rumeurs et aux dires de Suchaux repris ci-dessous, l’ordre des Templiers n’eut jamais d’établissement à Ruhans. « Au » nord-est de Ruhans, dans le bois des Chailles, vestige d’une maison religieuse qui, d’après la tradition locale, aurait appartenu à l’ordre des Templiers. Là, existe à fleur de terre, des restes de murs qui avaient de 60 à 70 m de développement. On y a trouvé des débris de tuiles de différentes formes et dimensions et plus ou moins épaisses, des fragments de briques, des rognons d’un ciment très léger quoique très dur, des pierres noircies par le feu qui semblent indiquer que la vieille maison religieuse a été détruite par le feu.

MILLAUDON Hameau qui était communauté jusqu’en 1790 (36 habitants) et fut réuni à la commune de Ruhans. Il dépendait de la terre de Fondremand. Le moulin appartenait pour deux tiers au seigneur et pour un tiers au commandeur de La Villedieu. Au pied de la forêt, était construite une ancienne chapelle dédiée à saint Isidore. Le clocher s’écroula, les habitants démolirent le reste pour s’en partager les matériaux.

LA VILLEDIEU-LES-QUENOCHE Commune en 1790 (76 habitants), maintenue en l’An 8, réunie à la commune de Ruhans par arrêté préfectoral du 16 février 1965. Les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, puis l’ordre de Malte y avaient une maison et des terres. “Des” fouilles opérées dans l’intérieur de ce petit village, ont fait découvrir des tombeaux, des squelettes et près de ses maisons existent des “ruines”

RELIGION Du doyenné de Rioz jusqu’à son démembrement en 1766, Ruhans faisait partie de la paroisse de Quenoche. Succursale par décret du 30 septembre 1807. Desservie ensuite par le curé d’Authoison, église sous le titre de Saint Pierre. L’église a été construite en 1769-1770, sauf le clocher qui date du milieu du 19ème siècle. clocher carré à toit pyramidal, portail en plein-cintre à fronton triangulaire ; porche plafonné, une cloche moderne. Nef unique de deux travées, voûtée en berceau à doubleaux sur pilastre doriques engagés. Chaire ovale peinte en faux marbre présentant les évangélistes, bas-relief en bois doré. Petit transept avec un autel latéral et un retable pour les fonts. Sanctuaire à une travée et chevet plat. Autel néo-gothique en stuc, garniture en cuivre estampé XVIIIe. derrière l’autel, grande toile XIXe représentant le Christ remettant les clés à Saint Pierre, encadrée de deux colonnes cannelées, restes d’un retable XVIIIe.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF